Comprendre le classement énergétique des logements

Principes
Image Comprendre le classement énergétique des logements

Aujourd'hui , dans les annonces de ventes ou de location on donne la note énergétique des logements. C'est un des critères consultés par les acheteurs et les locataires qui veulent respecter l'environnement, tout en faisant des économies sur leurs factures.  Comment savoir si un diagnostic est performant ou non ? C'est ce que nous allons savoir à travers les prochaines lignes. 

 Signification des étiquettes

 Depuis l'apparition du DPE, un document sur lequel est indiqué le classement énergétique du logement, il est devenu un indicateur pour confirmer la qualité d'un logement. De ce fait, chaque personne, que ce soit un acheteur ou un propriétaire, devrait comprendre le fonctionnement de ce document étant donné que cela concerne tous les logements mis en vente, qu'il s'agisse d'une habitation, d'un commerce ou autres. Cependant, les immeubles en cours de construction ne sont pas concernés. Dès que le diagnostic est réalisé, le résultat est présenté sur des étiquettes différentes qui sont dédiées à l'estimation, ainsi que pour une comparaison avec d'autres propositions. La première étiquette pour l'estimation est celle pour l'énergie. Celle-ci représente la consommation estimée d'une habitation en matière de chauffage et de son approvisionnement en eau chaude. Une autre étiquette, nommée « GES » représente le taux de CO2 émis par l'habitation. Les locataires et les acheteurs potentiels peuvent ainsi effectuer une comparaison concernant les biens à part les autres critères tels que le prix et la localisation. Il faut remarquer que le diagnostic de performance énergétique ne peut s'obtenir qu'avec l'aide du diagnostiqueur certifié.

 Interprétation des classements

 Puisque le DPE a pour but d'encourager les parties concernées à optimiser la consommation d'énergie de leurs habitations, les résultats sont présentés sous forme de classement. Ce classement va de A à G, A qualifiant les logements les plus économes et G les plus énergivores. Cela correspond à la quantité de consommation qui est mesurée en kWh par mètre carré, par an. La consommation moyenne est de 250 kWh/ m2 /an, dans les logements français, ce qui correspond à un classement dans la catégorie E. Un logement chauffé au gaz avec une bonne isolation peut facilement être classé en C. Les biens dont la consommation est supérieure à 258 kWh/ m2/an sont dans la classe E. Pour plus de précisions et afin de connaitre le classement de votre bien, il est conseillé de se fier à l'expertise de professionnel.

Conseils pour bonifier la performance des logements.

Au cas où la classification de votre logement ne serait pas très attrayante, sachez qu'il est possible de l'améliorer. C'est d'ailleurs un des principaux objectifs de la création de cette nomenclature. Les résultats ne sont pas le même pour les bâtiments anciens et les constructions neuves. Consommation, isolation ou encore infrastructures, les vieux logements ont un rendement énergétique des moins performants. Ainsi, une rénovation sur l'installation énergétique est nécessaire pour les bâtiments anciens afin de leur donner plus de valeur sur le marché de l'immobilier. Choisir les appareils modernes et un système plus économique permet aussi de diminuer la quantité d'énergie consommée. Dans tous les cas, vous pouvez contacter un professionnel pour améliorer votre classement.